Accueil > La Loure > Des convictions portées par La Loure

Des convictions portées par La Loure

dimanche 15 novembre 2009

Grâce au travail qu’elle a accompli depuis sa création il y a vingt ans, La Loure a fait des musiques et traditions orales en Normandie une réalité. Ces dernières existaient pourtant bel et bien auparavant mais elles n’étaient plus partagées et sommeillaient dans la mémoire des habitants qui, avec l’apparition de nouvelles technologies et la transformation de la société dans l’après-guerre, avaient laissé toutes ces expressions culturelles de côté, estimant qu’elles n’étaient plus en phase avec la société moderne.

Le travail de La Loure a consisté à révéler la nature de ces répertoires et à mettre en évidence leur potentiel :

-  éléments du patrimoine local, ces expressions culturelles recueillies auprès des habitants eux-mêmes dessinent des traits singuliers aux territoires dans lesquelles elles ont cours. Ce faisant, elles donnent à voir des identités spécifiques et développent le potentiel d’attractivité de ces territoires, pour peu qu’une politique volontariste accompagne les démarches de collecte et de diffusion.

- Issues de la culture populaire, ces musiques et traditions orales ont pourtant une longue histoire qui entre régulièrement en dialogue avec les cultures dites savantes et qui ont avec elles quantités d’expressions en commun : le répertoire de chansons en laisse, recueilli un peu partout dans la tradition orale en Normandie, est très proche - voire partage des thèmes - avec les chansons de danses de la Renaissance et de l’époque baroque. Ces observations amènent à remettre en perspective des catégories un peu trop souvent établies et, s’appuyant sur la convention de Faro sur les droits culturels, à reconnaître l’égale dignité des diverses expressions culturelles.

-  Expressions issues de l’histoire, ces musiques et traditions orales n’en sont pas moins un vivier pour la création contemporaine et pour le dialogue interculturel.

-  Recueillies le plus souvent auprès des plus anciens, elles sont un vecteur pour favoriser la cohésion sociale entre jeunes et anciens mais également entre habitants originaires d’un territoire et nouveaux habitants.