Accueil > Archives sonores

Archives sonores

Dernier ajout : 31 octobre 2012.

Depuis les années 1950, des enquêtes enregistrées ont été réalisées en Normandie pour recueillir chansons, musiques et traditions orales régionales. Initiées par des institutions (Musée de Normandie, Musée National des Arts et Traditions Populaires...), par des associations ou des individus, elles ont contribué à sauvegarder un aspect du patrimoine régional qui n’était, jusqu’alors, pas forcément visible.

Pour rendre accessible une partie de ces nombreuses enquêtes, l’association La Loure a décidé de lancer un chantier de numérisation (pour les enregistrements anciens réalisés sur bandes et cassettes) et de documentation pour aider les consultants à s’y retrouver dans cette masse d’informations. Elle a rejoint la Maison du Patrimoine Oral en Morvan, pilote d’un projet de mutualisation d’une base de données en ligne réunissant diverses structures, membres de la FAMDT (Fédération des Associations de Musique et Danses Traditionnelles), autour de la valorisation de leurs fonds régionaux spécifiques. Le volet de cette base consacré à la Normandie est accessible ici :

Porte d'entrée {JPEG}

Les droits

Les diverses enquêtes initiées ces dernières décennies avaient principalement pour objectifs la sauvegarde d’une mémoire orale collective, perçue comme menacée de déclin, et la transmission de celle-ci aux nouvelles générations, sous des formes variées. Ce que n’avaient pas prévu leurs auteurs, par contre, c’est l’apparition d’internet avec toutes ses potentialités pour valoriser cette mémoire orale. Les témoins rencontrés, dans les enquêtes datant d’avant les années 2000, n’ont généralement pas signé d’autorisation de diffusion de leur témoignage : cela se faisait peu dans le milieu des collecteurs et la collecte se fondait de manière essentielle sur la relation de confiance entre le témoin et l’enquêteur.

Si aujourd’hui, nous avons les accords des enquêteurs, il n’en va pas de même avec les témoins enregistrés. Or comment faire pour rendre accessibles ces enregistrements, révélateurs d’un patrimoine et d’une culture commune transmise par la tradition orale au fil des générations ?

Des principes

Loin de faire fi des règles de droits qui prévalent, les associations membres de la FAMDT ont mis en place une attitude fondée sur le risque assumé.

« Risque » en diffusant des enregistrements pour lesquels l’autorisation de diffusion n’a pas été demandée par écrit aux témoins, dont beaucoup sont aujourd’hui disparus.

« Assumé » dans la mesure où la mise en consultation de ces enregistrements permet à bien des familles de découvrir la voix de parents disparus alors que, dans bien des cas, elles ignoraient que de tels enregistrements avaient été effectués. Les quelques expériences en la matière montrent, en général, la joie et l’émotion des ces ayant-droits qui perçoivent dès lors l’intérêt de la valorisation de cette mémoire collective. Les questions juridiques peuvent donc ainsi se régler a posteriori et rares sont ceux qui souhaitent un retrait de ces documents sonores. Nous invitons ainsi toutes les familles qui découvrent l’enregistrement d’un proche dans cette base de données à prendre contact avec nous pour régler ces questions d’autorisation. Si un refus de diffusion est formulé, les enregistrements en question seront immédiatement retirés de l’accès public.

Bien entendu, ne sont pas diffusés en ligne des témoignages pouvant être attentatoires ou portant sur des sujets sensibles (sorcellerie, témoignages trop personnels...). L’association La Loure, en tant qu’éditeur de ces enregistrements, assume la responsabilité du choix de ce qui peut être ou ne pas être mis en écoute librement.

Ces principes de constitution et de diffusion des archives sonores se fondent sur une déontologie définie par les membres de la FAMDT, dans laquelle la Loure se reconnaît entièrement. La commission documentation de la FAMDT a explicité ces principes fondateurs dans le Guide des bonnes pratiques en matière de traitement documentaire du son inédit, paru en 2014. On pourra y trouver également un précieux exposé sur le cadre déontologique et juridique dans lequel ce travail documentaire s’effectue.

Engagement des consultants

La base de données, ainsi mise en place, a pour vocation de révéler et encourager la diffusion des répertoires et des traditions orales de Normandie. Les consultants, dans la grande diversité de leurs profils (chanteurs, musiciens, chercheurs, enseignants, habitants du territoire, curieux...), s’engagent à ne pas diffuser en public ces témoignages originaux sans demander l’autorisation de La Loure. Un usage commercial de ces enregistrements ne pourra être envisagé sans l’accord explicite des témoins, des collecteurs, des possesseurs du fonds, l’association La Loure étant en charge d’assurer la relation entre les demandeurs éventuels et ces différents intervenants.

Collecte à Percy (50) {JPEG}

Articles de cette rubrique