Accueil > Territoires > Le Mortainais

Le Mortainais

Dernier ajout : 27 mars 2014.

Haie et barrière de champ à Lingeard (50)Cette présentation des répertoires traditionnels du Mortainais s’appuie sur l’acquis des enquêtes réalisées sur ce territoire depuis la fin des années 1970. D’abord ponctuelles à la charnière des années 1970 et 1980 (conduites notamment par Philippes Gleises auprès des musiciens routiniers ou de Michel Colleu, François Redhon et Anne Piraud auprès de chanteurs), elles ont été plus régulières à partir de 1998 avec la naissance de l’association La Loure. Entre 2009 et 2011, une collecte plus systématique a été engagée par La Loure dans le cadre d’une opération soutenue notamment par la Région Basse-Normandie (dans le cadre de l’appel à projet Réinventons les campagnes) et l’Union Européenne, au titre des fonds Leader, avec l’appui du Pays de la Baie du Mont-Saint-Michel. Ces enquêtes orales ont complété de manière très intéressante la politique de valorisation patrimoniale du Pays, qui a notamment créé le label de village-patrimoine, attribué à des bourgs remarquables. Le travail de La Loure sur le Mortainais a contribué à montrer que le patrimoine, s’il est dans les pierres, est aussi dans la mémoire des gens du territoire. De ce point de vue, la rencontre et la mise en valeur de ces différents patrimoines, bâti et immatériel, est à n’en pas douter un atout pour le territoire et constitue un élément de son bien-vivre.

Le Mortainais ?

La chanson traditionnelle

La musique instrumentale

La danse traditionnelle

Une fête à part : les conscrits

Articles de cette rubrique

  • Le collectage en images...

    En lien avec l’exposition Chanter, jouer, danser - traditions musicales en Normandie (18e-20e siècles), La Loure a réalisé un film présentant différentes expériences de collectage dans le Bocage bas-normand.

    Venez plonger dans la mémoire vive des habitants du Bocage !

  • Une fête à part : les conscrits

    Une fête à part : les conscrits
    Les occasions de se divertir dans l’ancien monde des campagnes sont, somme toute, assez nombreuses à travers le Bocage. Mais l’une d’elles singularise particulièrement le Mortainais ainsi que le reste du sud Manche : la fête des conscrits. Le trait spécifique de notre territoire ne tient pas tant dans l’existence de cette fête - que l’on retrouve un peu partout ailleurs - que dans tous les cérémoniaux auxquels elle a donné lieu en Mortainais.
    Un peu avant leurs 20 ans, tous les jeunes hommes du pays étaient convoqués au chef-lieu de canton pour le conseil de (...)

  • La danse traditionnelle

    La danse traditionnelle
    La danse, en lien avec la densité de musiciens, tient une place importante en Mortainais. Les avant-deux, forme chorégraphique héritée de la famille des contredanses, se sont perdus dans la première moitié du XXe siècle et n’ont guère survécu que dans la mémoire des anciens musiciens, rencontrés des années 1980 au début des années 2000. Les danses en couple, répandues dès les années 1850, telles que polka, scottish, mazurka et tous leurs dérivés se sont quant à elles très bien maintenues. On trouve même en Mortainais des dérivés de ces danses, comme la polka piquée double, qui ne sont (...)

  • La musique instrumentale

    La musique instrumentale
    Un fait marquant ressort clairement des enquêtes de terrain en Mortainais : l’importance de la pratique instrumentale et de la danse. Encore aujourd’hui, il y a une très forte densité de musiciens routiniers, principalement joueurs d’accordéon diatonique, qui traduit un enracinement profond et ancien de cette vie musicale sur le territoire. Alors que le mouvement orphéonique a peu pris en dehors des chefs-lieux de canton (au travers des harmonies, fanfares ou cliques), la pratique routinière s’avère très présente jusque dans les plus petites communes du Mortainais. Divers (...)

  • La chanson traditionnelle

    La chanson traditionnelle
    Les chansons qui ont été recueillies en Mortainais appartiennent au vieux fonds francophone qui s’est diffusé par la transmission orale, favorisant ainsi l’éclosion de multiples variantes mélodiques ou textuelles sur des mêmes thèmes. Contrairement à d’autres territoires, nous n’avons pas relevé en Mortainais de thèmes de chansons particulièrement récurrents ce qui montre une relative variété du répertoire. L’usage de la réponse dans les chansons n’y est pas connu, au moins pour la période récente. Ce système d’alternance dans le chant est nécessaire par exemple dans la conduite de (...)

  • Le Mortainais ?

    Le Mortainais ?
    Ce territoire tire son nom de la ville de Mortain qui fut naguère le siège d’un comté de premier plan au sud du duché de Normandie. Celle-ci a conservé jusqu’à notre époque contemporaine un rôle structurant pour le sud du département de la Manche, principalement dans sa fonction administrative, influence qui tend toutefois à décliner avec la perte du statut d’arrondissement en 1926 ou, plus récemment, de services : la dernière juridiction a ainsi fermé ses portes en 2009 avec le départ du tribunal d’instance pour Avranches. Les contours du Mortainais sont quant à eux à apprécier au fil de (...)